Skip to main content
Prix de vente bières artisanales à la brasserie du vallon prix au litre pourcentages rentabilité graphique pie-chart cammembert

Rentabilité d’une brasserie – Bilan financier et croissance de la Brasserie du Vallon

Salut l’ami ! 

 

Ah ça faisait trop longtemps que je n’avais pas écrit sur ce blog, ça fait du bien de s’y remettre enfin ! Les révisions pour mes exam’ tout proches attendront 😉 

 

Aujourd’hui, dans ce journal de bord un peu particulier je vais répondre à trois question que tout le monde me pose :

  • Tu gagne beaucoup d’argent en vendant tes bières ?
  • Ça t’à coûté combien de créer ta micro-brasserie ?
  • Et du coup, tu les vends à quel prix tes bouteilles ?

Tu l’as compris, dans cet article je vais aborder un peu plus en détail l’aspect financier de ma micro-brasserie dans l’état actuel des choses.

 

Je vais toutefois essayer de rester concis et de simplifier les calculs pour que ça soit plus sympa a lire. 

 

 

Pour ceux qui me découvrent en lisant cet article et qui n’ont pas encore lu la page « À propos » , je pense qu’il est nécessaire de rappeler qui je suis et quel est mon projet ! Et pour ceux qui me connaissent déjà, utilisez le sommaire pour plonger directement au coeur de l’article 😉 

 

 

Mon projet et mon CV

 

Pour faire simple, je m’appelle Quentin, j’ai 22 ans, je suis élève ingénieur et depuis début 2016 je suis aussi et surtout le Brasseur du Vallon !… ah et je suis passionné de bière et de brassage, évidemment ! 😛

(Découvre mon CV de brasseur, les objectifs du projet et de mes blogs sur les pages « Le brasseur du Vallon » , « La Brasserie du Vallon » et « À propos » , n’hésite pas à parcourir le menu en haut de page si tu es curieux)

 

Bon, pour présenter mon projet, je vais me limiter à quelques idées générales pour ton bien à toi, le lecteur curieux mais pressé ! Sinon cet article sera sans fin étant donné mon aptitude à continuer encore et encore des explications détaillées au sein de phrases à rallonge ^^ 

 

Côté projet, voilà ce que je peux dire en 4 points vraiment très courts : 

  • La Brasserie du Vallon est ma micro-brasserie artisanale, professionnelle et officiellement installée en Alsace, à Steinbach, dans la cave de mes parents
     
  • J’ai un volume de production très faible inférieur à 100L par lot ! Je brasse des bières de toutes sortes et des hydromels artisanaux 
     
  • Ma philosophie c’est qualité et originalité ! Mes recettes sont sans cesse renouvelées : pas de gamme fixe chez moi, j’aime les surprises et l’innovation !
     
  • Et pour finir, je suis un grand bavard, j’aime donner des conseils et transmettre mon savoir, d’où un dialogue constant avec mes lecteurs sur mes 3 blogs, les réseaux sociaux et par mail 

Logo brasserie du Vallon Alsace sur fond de bouteilles

 

Et si tu lis cet article, peut-être que tu es aussi intéressé par un rapide aperçu de la démarche complète de création d’une micro-brasserie. Ça tombe bien, j’ai rédigé un super article à ce sujet il y a 6 mois ! 

 

Tous les articles de cette série t’attendent bien rangés dans la catégorie « Question de la semaine » 🙂 

Et d’ailleurs, toi aussi tu peux participer dès maintenant ! Je suis sur qu’au fond de toi t’as une question qui te tourmente.

Il n’y a pas de question bête, alors vas-y, ne soit pas timide, passe-moi un p’tit message, ça prend moins de 30 secondes, il te suffit de cliquer sur ce bouton et d’écrire ton message 😉

 

 

 

Comment créer une micro-brasserie artisanale ? – Question de la semaine n°4

    

 

Passons maintenant à la première partie de cet article, le moment qui fait mal, là où il faut sortit beaucoup de sous d’un coup et convaincre son entourage qu’on est pas fou : l’investissement initial

 

 

Mes investissements et le bilan financier de cette première année ! #transparence

 

Beaucoup de gens me demandent combien ça coûte de se lancer dans le brassage pro, et je leur réponds toujours « ça dépend de tes objectifs ». Tout dépend du volume et de la qualité que tu prévois de produire, de l’endroit où tu veux t’installer, de la manière dont tu prévois de brasser …

 

Bref c’est très variable, mais pour mon projet en particulier, j’ai réussi à m’en tirer à environ 3200€.

En sachant que techniquement on pourrait résumer mon projet ainsi :

  • Volume de production : 80L de produit fini embouteillé par brassin environ
  • Recettes originales et la qualité reste ma priorité première, donc je n’économise pas sur les recettes 😉
  • Méthode de brassage minimaliste et économe : une seule cuve au lieu de 3 grâce à la technique du BIAB
  • Matériel avec un excellent rapport qualité/prix importé d’Italie (Polsinelli)
  • Aménagement du local = tout fait maison pour économiser beaucoup !
  • Ingrédients achetés lors d’une commande groupée = réduction prix de gros + frais de ports partagés
  • Micro-entreprise + ACCRE = taux d’imposition faible du chiffre d’affaire les 3 premières années 
  • Mais micro-entreprise = impossible de récupérer le TVA, donc je paie 20% de plus sur tous mes investissements de matériel

 

Voici donc le détail des investissements que j’ai réalisé pour lancer mon projet de micro-brasserie, pour tous les curieux ou pour tous les artisans brasseurs en herbe qui lient cet article ! 😉 

 

Les investissements effectués pour créer ma petite micro-brasserie artisanale

 


  • Matériel : 950€ (oui, j’ai fais des investissements depuis décembre 2016 … et il m’en reste encore à faire !)
    • Fermenteur, cuve, pompe, tuyaux, capsuleuse (Polsinelli)
    • Robinets et raccords rapides (Canard Rouge)
    • Réchaud à gaz 15,5kW, tuyaux et détendeur + 2 bouteilles de butane
      .
  • Aménagements et bricolages  : 200€ environ (étagères pour les  stocks de malt, STC1000 pour la chambre de fermentation …)
    .
  • Stock d’ingrédients : 900€ (malt, levures, houblon et miel inclus)
    .
  • Consommables divers (produits nettoyants, bouteilles de butane …) : 80€
    .
  • Packaging (bouteilles, capsules, étiquettes) :
    • 350€ de bouteilles (pour embouteiller 500L environ)
    • 160€ d’étiquettes (250 étiquettes par brassins × 5 brassins = 1250 étiquettes)  
    • 120€ de capsules (10 000 Ø26 et 7000 Ø29)
      .
  • Graphiste : 40€ seulement ! Ma copine est graphiste, et même si elle ne voulait pas être payée initialement, j’ai insisté pour au moins lui donner 10€/H pour le super travail qu’elle à fait avec mes étiquettes 😉
    .
  • Site web : environ 40€ par an chez Easy-Hébergement … pas très performant mais les moins cher en France après 1&1, à qui je ne fais pas confiance
    .
  • Taxes et démarches obligatoires : environ 300€, dont 200€ de formation (le fameux SPI) financés par mon université, l’UTBM de Belfort, merci à eux !!

 

 

TOTAL des investissement pour créer une très très petite micro-brasserie artisanale en tant qu’autoentrepreneur : + de 3000€ ! Et heureusement que j’ai organisé des commandes groupées pour économiser sur les frais de ports 😉

 

 

 

En plus, ça coûte non seulement beaucoup d’argent, mais aussi énormément de temps !

 

C’était d’ailleurs le sujet du tout premier article de la série de « questions de la semaine » :

 

La toute première question ! – Question de la semaine n°1

 

L’évolution de la trésorerie de la brasserie pour sa première année d’existence 

 

3000€, certes pour beaucoup de gens cela parait modeste, mais il ne faut pas oublier que je ne suis encore qu’un modeste étudiant de classe moyenne et que je me suis lancé 100% seul dans un projet potentiellement risqué et assez complexe !

Il a donc fallu convaincre mes proches que je n’avais pas sombré dans la folie la plus complète, faire quelques calculs prévisionnels de coût de production, et finalement après les premières dégustations et les premières ventes, tous mes proches me soutiennent à 100% et ne doutent plus de l’avenir radieux de ma micro-brasserie 🙂 

 

Niveau trésorerie je suis actuellement relativement bas puisque je commence seulement à faire des ventes depuis environ un mois, les weekends, dans mon réseau proche. J’ai donc encaissé quelque chose comme 200€ au moment où j’écris ces lignes. 

J’ai aussi des commandes clients à hauteur de 150€ qui n’attendent plus que la livraison (paiement à la livraison). Donc si on additionne tout on peut dire que depuis le lancement de la brasserie j’ai dépensé 3000€, j’en ai gagné 350€ et il me reste assez de bouteilles en stock pour générer 350€ de chiffre d’affaire …

 

Sachant que la brasserie est officiellement ouverte sur le papier depuis mai 2016, ça pourrait faire peur ! 3000 – 350 -350 = 2300€ restants à renflouer.

Si je continue à ce rythme là en 2019 j’y suis encore ! 😯 

 

Mais au final, quand on regarde l’ensemble, j’ai pour l’instant mis en vente uniquement deux bières : 93L d’ambrée et 78L de blonde au citron !

À ce rythme là, dans environ une grosse dizaine de brassins j’aurais fini de rembourser mon investissement initial, c’est pas si mal 🙂

Surtout que maintenant que les grandes vacances sont enfin arrivées, j’aurais beaucoup plus de temps à consacrer au brassage !!

 

 

Mais là les plus attentifs d’entre vous (ou les comptables de métier) se diront … mais attends : tu ne te paye pas de salaire ?!

Le but d’une entreprise c’est pas juste de rembourser l’investissement initial qui à servi à la créer, il faut aussi que le temps investi soit rémunéré (au moins un peu) !

 

Revenons-donc un peu sur les raisons d’être de ma micro-brasserie :

  1. Le but premier de ma micro-brasserie c’est de donner du plaisir aux clients lors de la dégustation, c’est ma ligne directrice
      
  2. Le second objectif c’est de me faire plaisir en brassant ce que je veux quand je veux
      
  3. Et pour finir, le troisième objectif, il faut bien l’avouer, c’est quand même de me fournir un petit quelque chose comme rétribution pour tout le temps investi !

 

 

Allez, dans la partie suivante on vas parler argent, prix de vente des bières, rentabilité d’une brasserie, charges et salaires … de manière simplifiée pour pas que ça soit trop lourd 😉

 

 

La rentabilité d’une brasserie artisanale #BigMoney (ou pas)

 

Il y a quelques mois, j’avais écris un article suite à une question que m’avais posé un abonné au blog : « À quel prix vas-tu vendre tes bières ? » . Tu peux aller le lire si tu veux connaitre le point de vue que j’avais à l’époque, mais globalement ça n’as pas trop changé depuis !

 

Aujourd’hui j’ai enfin fini par enfin mettre de vrais chiffres sur mes idées 🙂

Maintenant que j’ai vraiment commencé à vendre de la bière et à faire des calculs sérieux de rentabilité, voyons donc où on arrive niveaux prix ! 😉 

 

Mais d’abord, comment fixer le prix d’une bière honnêtement ?

 

Je pourrais fixer un prix arbitrairement très élevé pour viser les consommateurs à la recherche d’une bière de luxe et me faire une colossale marge. Ou alors je pourrais fixer des prix très bas pour vendre mes bières vite et en très gros volume. Ou alors je pourrais juste regarder le prix moyen du marché et m’y conformer sans me poser plus de questions.

Ou plus sérieusement, je pourrais faire des sondages et calculer le prix moyen acceptable selon ma clientèle, pour optimiser ventes et profits…

 

Mais ces stratégies ne me plaisent pas ou ne me conviennent pas.

 

J’ai donc décidé de fixer le prix de mes bières en fonction de 2 critères :

  1. Est-ce que ma bière est vraiment bonne ? 
  2. Combien m’a-t-elle coûté à produire ?

 

Voyons donc ce que ça donne avec des chiffres réels !! 

 

Le prix des bières du Vallon : coût de fabrication et marge, le calcul complet ! 

 

Coût de fabrication bières à la brasserie du vallon prix au litre pourcentages graphique pie-chart cammembert

On remarque ici que le SMIC que je me réserve est responsable de près de la moitié du coût de production !

 

J’ai fait des chronométrage sur mes premiers brassins et je suis arrivé au total à 15H de travail de la conception de la recette à la mise en carton finale. Et ce temps de travail est valable pour un volume de production moyen de 80L avec mon matériel actuel, donc si je m’améliore ou si j’investis dans une embouteilleuse ce coût main d’oeuvre baissera 🙂

Néanmoins aujourd’hui, à 10€/H ça me fait 150€ de salaire par brassin… et comme je brasse environ une fois par mois, ça me fait donc un salaire mensuel de 150€/mois 😛 

 

Mais dans ce calcul je n’ai pas encore intégré l’amortissement de tous ces investissements que j’ai du réaliser ! Donc si on ajoute les 950€ de matériel à rembourser, voilà ce que ça donne :

Prix de vente bières artisanales à la brasserie du vallon prix au litre pourcentages rentabilité graphique pie-chart cammembert

(Pour le graphique ci-dessus j’ai du fixer le prix de vente à 2€ la bouteille de 33cl, pour pouvoir calculer les taxes du RSI sur mon CA d’auto-entrepreneur)

 

Mais … au bout de combien de brassins le matériel sera-t-il remboursé alors ?

prix de vente et rentabilité des bières à la brasserie du vallon remboursement investissement micro-brasserie prix au litre pourcentages Excel tableau

 

Le pourcentage de marge qui est calculé ici représente en fait ce qu’il reste pour rembourser le matériel après paiement de mon modeste salaire. 

Mais que se passera-t-il quand, après une dizaine de brassins, j’aurais fini de rembourser mon investissement ? 

 

Simple : je vais mettre cette marge de côté pour les futurs investissements et pour avoir une réserve de sécurité en cas de casse du matériel avec lequel je brasse actuellement !

 

 

Néanmoins ce tableau à une faille importante !

Il ne prends pas en compte que près de 10% de ma production part en dégustations ! Quand j’aurais les vrais chiffres du % de dégustations, j’ajusterai mes calculs pour qu’ils représentent plus fidèlement la réalité évidemment 😉 

 

 

Et pour finir, tu as peut-être que remarqué sur le tableau ci-dessus se trouvent deux colonnes surlignées en bleu.  Ces colonnes répondent à mes critères cités précédemment : 

  1. Est-ce que ma bière est vraiment bonne ? 
  2. Combien m’a-t-elle coûté à produire ?

 

Les prix de vente se trouvant dans les deux colonnes en bleu me permettent de générer une marge suffisante pour rembourser mon investissement, sans pour autant arnaquer mes clients. J’ai toutefois décidé de faire évoluer mes prix autour de ces deux valeurs en fonction de la fierté que j’ai de ma bière.

Si elle est vraiment excellente et qu’elle correspond parfaitement à l’objectif que je m’étais fixé, alors je la vendrai à un prix proche de 2€/33cl. 

Dans la cas contraire, si je trouve qu’il y a encore possibilité de faire mieux, alors je fixerai un prix plus proche de 1,8€/33cl.

 

Toutes les bières - photo étiquette de bière - Brasserie du Vallon - micro-brasserie artisanale d'Alsace

 

 

L’avenir de la brasserie ? #Croissance 

 

Mon rêve, maintenant que j’y vois plus clair et que la fin de mon cursus d’ingénieur approche, c’est de me lancer à fond dans mon activité de micro-brasseur.

Clairement mon volume de production de 100L est trop faible pour satisfaire la demande croissante de mon seul entourage proche ! Et j’ai déjà des restaurants et commerces qui serraient intéressés par mes produits. Que voulez-vous, c’est le risque quand on brasse de bonnes bières originales 😀 

 

Néanmoins je n’ai pas envie de brasser dans une usine et d’inonder le marché avec mes bières pour faire un maximum de bénéfices. Je veux rester un petit brasseur artisanal et partager le marché avec les autres micro-brasseurs de ma région. Ce qui m’intéresse c’est l’amour du bon produit, le partage de bon moments et de mes connaissances, et le respect des clients et de l’environnement.

30 000 € c’est une somme ! Mais qu’est-ce que ça doit être agréable de brasser avec un super matériel comme ça 🙂

 

Je pense donc passer à un volume de production proche de 500L, dans un nouvel atelier, et à terme de rêve d’y joindre un petit bar/restaurant… Mais dans un premier temps, juste l’atelier de brassage ça sera déjà pas mal 😉 

 

Une installation de brassage 500L, 4 ou 5 fermenteurs, une petite cave réservée à la fabrication et au vieillissement des bières sauvages, une autre cave pour la garde des bières et hydromels, une toute petite ligne d’embouteillage et d’étiquetage … Bref, juste ce qu’il faut pour m’amuser un peu ! 

 

 

Je vais même essayer de proposer l’installation de mon atelier de brassage comme projet de fin d’étude d’ingénieur ! Ça me permettrais de gagner du temps et de faire ce qui me plait réellement.

Je ne sais pas ce que va en dire la commission, puisque ce projet de fin d’étude c’est stage de 6 mois en entreprise en général, ou alors un projet industriel. Mais rarement quelque chose d’aussi petite envergure que l’installation d’un atelier de brassage.

 

Bref on aura l’occasion d’en reparler d’ici quelques mois je pense 😉 

 

 

Oublie pas que tu peux rejoindre le super groupe de curieux et de brasseurs qui me suivent ! vous êtes de plus en plus nombreux et ça fait plaisir 🙂

 

 

Quelques articles pour toi

Quentin - Le Brasseur du Vallon

Après plusieurs années dans le monde du brassage amateur, j'suis devenu pro et j'ai modestement ouvert ma petite micro-brasserie : la Brasserie du Vallon ! :)J'y brasse des bières artisanales et originales en petites quantités, ainsi que des hydromels subtiles ... mes recettes sont sans cesse renouvelées pour plus de surprises et de bons moments de dégustation ;)Pour ceux qui ne connaissent pas encore l 'histoire, c'est par ici :--> http://brasserieduvallon.fr/la-brasserie-du-vallon/Après avoir ouvert ma micro-brasserie et partagé mon savoir brassicole pendant presque un an sur le blog de la Brasserie du Vallon, que j'ai décidé de m'organiser un peu mieux et de séparer mes articles.J'ai donc crée deux autres blogs concernant l'apprentissage du brassage, les techniques de brasseur et les livres de brassage pour le plus grand plaisir des apprentis brasseurs :--> http://formation-brassage.fr/--> http://livres-de-brassage.fr/À très bientôt dans les commentaires ou dans ta boite mail ;)

14 thoughts to “Rentabilité d’une brasserie – Bilan financier et croissance de la Brasserie du Vallon”

  1. Salut, je reviens sur ton site après plus d’un an (à l’epoque je t’avais demandé des infos sur la plantation du houblon). Ca a beaucoup évolué, félicitations. Je suis très interessé par ton retour d’expérience, et notamment tes chiffrages, ca donne des idées… J’espère pouvoir enfin les gouter un jour, si je passe vers chez toi…
    bonne continuation,
    Jean

  2. L’article est clair et bien documenté économiquement parlant. Un tableau de rentabilité en fonction de la taille des brassins aurait été le bienvenu. Ex : je brasse 200 litres, cela me fait x bouteilles je gagne donc tant en la vendant tant. Si je brasse 300 litres, etc….
    En tout cas, c’est bien fait. Je vais suivre un peu l’evolution.
    Bon courage.
    Philippe

    1. Salut Philippe 🙂

      Tu as tout à fait raison, faire une analyse en fonction du volume des brassins ça pourrait être intéressant pour un brasseur qui cherche à s’installer !

      Néanmoins dans mon cas la taille des brassins est déjà fixée et je ne peux pas la modifier. Je manque de place dans mon local et mon matériel est déjà acheté !

      Par contre attends toi à voir un article dans les prochains mois à propos de mon projet d’investissement ! Et là je devrais faire une analyse pour choisir quel volume je produirais et quel matériel je vais acheter 😉

    1. Hey ! Merci Brico 🙂
      Ravi que mon article te plaise !!

      Et c’est bon, j’ai eu les résultats de mes exam :
      j’ai tout réussi mes 6 exam sans problèmes, j’ai même eu deux « A » (la plus haute note possible à l’UTBM) \o/

  3. Super ! Bon courage poru les exams, nous aussi c’est notre rêve de sauter le pas pour être pro ! peut être l’an prochain .. 😉

    Julien

    1. Depuis jeudi soir, les exam c’est fini ! Ouf !
      Maintenant reste plus qu’à croiser les doigts pour les résultats ! 😛

      Et bon courage si tu veux te lancer, il faut une grosse motivation 😉

      En tout cas si t’as besoin de conseil pour ton projet, tu sais où me trouver !

  4. Et ben ça fait un moment que je ne suis pas passé et je vois que ton projet avance bien… C’est cool ;-).
    Bonne continuation et bon courage pour la suite
    Ninja68

  5. À noter que le coût de main d’oeuvre ne prends même pas en compte la réflexion et l’expertise derrière nécessaire à simplement l’invention des bière ! Les estimations et test préalables avant de décider d’en faire un brassin !

    1. Très Juste, bien vu l’ami ! 🙂

      Le coût main d’oeuvre ne prends en effet pas en compte les périodes pendant lesquelles j’ai fait des expériences, ou le temps que je passe à goûter les malts et sentir les houblons en rêvant 😉
      Et l’investissement (en vert sur le graphique) ne prends pas non plus en compte les années d’expérience et tous les investissements que j’ai réalisé pour acheter de super livres de brassage scientifiques pour me former !

N'hésite pas à laisser un petit mot, ça fait toujours plaisir ! ;)