Skip to main content
La première flamme du brûleur à gaz 15kW utilisé pour l'empâtage comme pour l'ébullition

Journal de bord du projet #9 – C’est parti pour le brassage ! ;)

Ow yess ! Le premier brassin n’a jamais été aussi proche !! 🙂

 

Le plus gros des démarches administratives est derrière moi (enfin !)

Les ingrédients sont tous là, bien rangés (et dispo à la vente 😉 )

Le matériel de brassage est en place …

 

Reste plus qu’à finaliser les aménagements et peaufiner quelques détails !!

 

 

21 janvier 2017 – Premières flammes, du cuivre, des poulies et une pompe !!

 

Aujourd’hui j’ai enfin trouvé quelques heures à consacrer à ma micro-brasserie ! Ça fait plaisir 🙂

 

J’ai donc fait un petit passage au magasin de bricolage du coin :

  • 10m de cuivre Ø14 pour un refroidisseur
  • de quoi faire de la brasure (sorte de soudure/collage particulier)
  • un tube de cuivre droit (Ø14 de 1m) et 2 raccords coudés Ø14
  • une bouteille de butane de 13kg et un détendeur 28mbar
  • de la corde solide (200kg) et des poulies

Le tout pour un total légèrement supérieur à 120€… le cuivre c’est cher !!!

 

J’ai donc pu enfin faire un premier test de mon brûleur :

La première flamme du brûleur à gaz 15kW utilisé pour l'empâtage comme pour l'ébullition
La première flamme du brûleur à gaz 15kW utilisé pour l’empâtage comme pour l’ébullition

 

Un simple brûleur à paella diamètre 45cm. La flamme est super belle et bien bleue comme il faut, preuve d’une bonne combustion ! 🙂

Le détendeur 28mbar avec un débit de 1.3kg/heure (à 9,5€ seulement) est largement suffisant pour faire fonctionner ce brûleur à pleine puissance, sans pour autant que les flammes deviennent trop longues ou qu’elles perdent leur couleur bleu, synonyme de combustion parfaite.

 

 

Ensuite j’ai étiré ma bobine de 10m de cuivre recuit fraîchement achetée pour visualiser un peu comment j’allait faire pour fabriquer mon refroidisseur à moût.

J’ai donc changé de plan et je vais faire un refroidisseur par immersion, au lieu d’un refroidisseur à contre courant.

Pourquoi ?

Et bien simplement parce qu’il est à peu de choses près tout aussi efficace, mais bien plus facile à fabriquer, utiliser et entretenir qu’un refroidisseur à contre courant !

 

Une belle spirale de 10m de cuivre recuit diamètre 14 pour un refroidisseur à moût efficace
Une belle spirale de 10m de cuivre recuit diamètre 14 pour un refroidisseur à moût efficace

 

Et puis si je ne suis pas satisfait de l’efficacité de ce système simple (je parle du refroidisseur à immersion de 10m), alors j’envisageai l’achat d’un RàP ou la fabrication d’une refroidisseur à contre courant.

Si tu ne comprends pas de quoi je parle, visite rapidement cette page où je décris les différents systèmes de refroidissement du moût !

 

Une chose est sure, je pourrais toujours réutiliser le cuivre de mon actuel refroidisseur à immersion pour fabriquer un refroidisseur à contre courant si l’envie m’en prend !

Donc aucun risque d’avoir dépensé 70€ dans 10m de cuivre pour rien 😉

 

 

Ah une dernière chose concernant le cuivre, tant que j’y suis : il faut bien acheter du cuivre recuit sinon c’est une grosse galère (voir même impossible) à plier à la main sans une vraie plieuse !

 

*début du cours de science des matériaux*

Le cuivre, quand il est fabriqué sous forme de tube c’est pas extrusion. C’est un procédé qui déforme très violemment la matière et la durcie à la manière dont le fer durcie quand il est frappé pendant la forge.

Le fait de recuire le cuivre permet aux tensions internes du cuivre de se relâcher et a la matrice de retrouver sa forme « molle », ce qui nous arrange bien pour le travailler plus facilement 🙂

Le recuit doit s’effectuer à une température bien précise inférieur au point de fusion du matériau évidemment, et il doit durer un certain temps. De plus le refroidissement du matériau doit aussi être maîtrisé (lent) pour éviter de former des composés durs.

L’acier trempé est dure parce qu’il est refroidi très brusquement par exemple.

Bref, acheter du cuivre pas recuit parce qu’il est moins cher c’est pas le bon plan et c’est pas vraiment possible de le recuire à la maison facilement !

*fin du cours de science des matériaux*

 

 

Pour en revenir à mes petites expériences du weekend, j’ai aussi très rapidement testé ma pompe !

Elle est un peu faiblarde mais me suffira dans un premier temps pour brasser facilement et tranquillement.

 

En même temps à moins de 20€ faut pas s’attendre à un débit de dingue. (Oui, je sais c’est cheap, mais ça fait le taf, et très bien !)

Pompe 12V ou 24V DC pour eau chaude / moteur brushless / 1000L/H qualité alimentaire OK jusqu’à 100°C – achetée sur AliExpress.com

Pense bien à demander le modèle 24V par message au vendeur, c’est le même prix et elle est plus puissante ! (Il faut juste fabriquer ou trouver une alim 24V)

 

Bien que cette pompe soit bas de gamme, les pales sont quand même recouvertes de céramique et elle pompe facilement 7L par minutes !

Donc si on fait le calcule, en 15 minutes j’aurais transféré tout mon moût (100L) dans le fermenteur, ce qui est largement suffisant pour l’instant. Et je n’ai pas besoin d’avoir peur au niveau de la température d’utilisation étant donné que cette pompe accepte de pomper de l’eau bouillante !

Évidemment quand j’aurais un peu plus les moyens la Novax 20B de Polsinelli est dans mon viseur 😉

 

 

À part ça j’ai aussi contacté trois imprimeurs de la région pour voir les tarifs qu’il proposent et ma chérie (graphiste) bosse un peu sur le design des étiquettes.

Très concrètement la semaine prochaine je pourrais brasser et j’aurais peut-être l’étiquette de la bière numéro 1 à vous montrer !! 🙂

 

 

5 février 2017 – La bière  numéro 1 !! + Test de l’équipement de brassage

Et mince, je n’ai pas réussi à brasser comme prévu en janvier … Vivement la fin de mon stage, ça me prend trop de temps !

Mais parlons donc de ce que j’ai réussi à faire plutôt !

 

J’ai réussi à trouver enfin le temps de brasser ma toute première bière 🙂

Même si ça a pris plus de temps que prévu, c’est une réussite !

 

Mon retour d’expérience

Mes réussites :

  • 9kg de grains broyés en moins de 10 minutes (mais beaucoup de poussière dans la pièce)
  • Une filtration super easy grâce au sac de brassage
  • La pompe super pratique pour recirculer en continu et homogénéiser la chauffe
  • 87% de rendement de brassage global
  • 52L mis en fermenteur au lieu de 50L prévus
  • Une fermentation qui démarre dans les 2H

 

Mes problèmes :

  • Amorçage de la pompe difficile (car elle est plus haut que la cuve pour l’instant)
  • Refroidissement trop lent et pas pratique
  • Manque de place pour prendre des notes et faire des mesures
  • Mesure de la température chiante (thermomètre de cuisson filaire)
  • Temps de chauffage à peine long à mon gout (normal avec de l’eau à 10°C !)

 

Mes solutions :

  • Acheter une pompe plus adaptée à mes gros volumes
  • Transformer mon refroidisseur à immersion en refroidisseur à contre courant
  • Installer un plan de travail correcte près de la cuve
  • Mettre en place le thermomètre que j’ai déjà acheté à travers la paroi
  • Isoler la cuve pour limiter les pertes de chaleur et améliorer la transmission de chaleur du brûleur

 

Le brassin en lui-même

J’ai brassé une bière blonde toute simple, avec des houblons sauvages récoltés cette année. Il semblerai que j’ai un peu sous-estimé leur amertume toutefois.

 

La méthode utilisée est celle du BIAB (sac de brassage), mais je l’ai sacrément améliorée.

J’expliquerai ça dans un article spécial sur mon nouveau blog dédié à l’apprentissage du brassage quand j’aurais le temps d’écrire de nouveau plus souvent ! (en mars)

 

Le sac de brassage utilisé est assez solide et gros pour brasser 50L sans aucun soucis ! Il est prévu pour 100L en fait.

J’étais carrément à l’aise niveau espace et les coutures étaient très loin de leur limite même quand j’ai tout soulevé et que les drêches étaient bien lourdes, gorgées de moût !

 

Voilà le modèle que je possède en attendant d’acheter un équivalent en inox bien plus stylé (mais aussi plus cher …) 😉

Product – 100L Sac de brassage (BIAB / Brew In A Bag) – qualité alimentaire et résistant 45 X 80 cm – achetée sur AliExpress.com

Idéal pour pouvoir brasser avec une seule cuve au lieu de 3 !! Brassage plus facile, moins cher et avec un meilleur rendement 🙂

 

 

Photos du brassin, chiffres et commentaires dans un article « journal de bord du brassin » très bientôt !

 

 

 

… Journal de bord en cours de rédaction, plus de détails dans les semaines à venir 🙂  

 

 

 

Si tu as une question, participe simplement aux articles « Question de la semaine » en 30 secondes en cliquant sur ce petit bouton :

 

Pense aussi aux réseaux sociaux et à la Newsletter pour ne rien manquer des rebondissements et des actualités de plus en plus fréquentes et croustillantes de la Brasserie du Vallon !! 😉

 

 

[Dernière mise à jour le 7 février 2017]

Quelques articles pour toi

Quentin - Le Brasseur du Vallon

Après plusieurs années dans le monde du brassage amateur, j'suis devenu pro et j'ai modestement ouvert ma petite micro-brasserie : la Brasserie du Vallon ! :)J'y brasse des bières artisanales et originales en petites quantités, ainsi que des hydromels subtiles ... mes recettes sont sans cesse renouvelées pour plus de surprises et de bons moments de dégustation ;)Pour ceux qui ne connaissent pas encore l 'histoire, c'est par ici :--> http://brasserieduvallon.fr/la-brasserie-du-vallon/Après avoir ouvert ma micro-brasserie et partagé mon savoir brassicole pendant presque un an sur le blog de la Brasserie du Vallon, que j'ai décidé de m'organiser un peu mieux et de séparer mes articles.J'ai donc crée deux autres blogs concernant l'apprentissage du brassage, les techniques de brasseur et les livres de brassage pour le plus grand plaisir des apprentis brasseurs :--> http://formation-brassage.fr/--> http://livres-de-brassage.fr/À très bientôt dans les commentaires ou dans ta boite mail ;)

10 thoughts to “Journal de bord du projet #9 – C’est parti pour le brassage ! ;)”

    1. Ça y est mon stage est fini, j’ai enfin un peu plus de temps pour mes projets !

      Si tout vas bien dans environ 2 ou 3 semaines !
      Il faut que j’installe ma nouvelle pompe et que je perce ma cuve. Au mieux, le week-end prochain (11 mars) je devrais pouvoir brasser 😉

  1. Salut Quentin !

    Pourquoi est-ce que la pompe n’est pas adaptée ? La pompe actuelle te servirait à recirculer et une autre pour faire les transferts ?
    Bravo pour le rendement, c’est bien pour une première !
    Julien

    1. Salut Julien,

      la pompe ne me satisfait pas à 100% parce que c’est chiant de l’amorcer. En fait comme j’ai pas de vanne sur ma cuve et que mes tuyaux sont courts, la pompe n’est pas plus bas que le mout, et du coup il faut aspirer dans le tuyaux pour remplir la pompe avant de la lancer. Sans ça elle tourne dans le vide. Elle n’est pas conçue pour pomper de l’air !

      Je me suis servi de ma pompe pour homogénéiser la température pendant l’empatage, pour recirculer le mout au début de la filtration et pour mettre en fermenteur.

      Je vais acheter une Novax 20B de chez Polsi ce week-end et elle me servira pour le transfert et l’homogénéisation de la température d’empatage. Je sais pas si je pourrais m’en servir pour la recirculation parce que la Novax a quand même un debit violent !

      Et puis surtout je vais percer ma cuve pour pouvoir mettre ma pompe plus bas que mon mout et faire l’amorçage par gravité !!

      J’en parlerai dans le journal de bord quand ça sera fait 😉

    1. Hé Hé ! Moi aussi à vrai dire !

      Bon je sent que je vais un peu galérer à trouver mes marques, je vais courir un peu partout pour chercher le matériel qui est un peu éparpillé dans l’atelier, et puis je vais certainement manquer de place parce que je n’ai pas encore fabriqué mon plan de travail …

      Mais c’est une SMASH toute simple sans prise de tête que j’ai au programme, je vais pas me mettre pour objectif d’atteindre une super rendement ou d’optimiser la durée du brassin.

      A+ pour un résumé de ce premier brassin, j’ai hâte !! 🙂

  2. Bravo, et bon démarrage pour ton projet. Merci pour le lien et pour les infos sur la fabrication d’un refroidisseur.
    J’espère pouvoir en discuter avec toi prochainement.

    1. Merci 🙂

      J’espère en effet que ça vas bien démarrer ! Bon avec une simple SMASH je prends pas trop de risque techniquement pour le premier brassin 😉

      Concernant le refroidisseur, j’ai encore la soudure à faire mais c’est l’histoire d’une demi-heure maximum !
      J’espère qu’avec ses petits 0,46m² de surface d’échange thermique ça sera pas trop limité pour refroidir mes 100L. J’aimerai quand même avoir une belle cassure à froid, j’aime pas trop balancer tout l’trouble dans le fermenteur…

      Retour d’expérience très bientôt !

      A samedi JJ ! 😉

  3. Super le projet se concrétise ! 🙂

    Merci pour le lien de la pompe, on en cherche une pas trop cher (ça m’embête un peu de mettre 40€ dans la pompe de microbrassage.com) et celle la semble quasiment identique ! Ce sera super pour recirculer le mout en continu.

    Concernant le serpentin, c’est ce qu’on a et ça fait le taff pour 50L. 100L je pense qu’on atteint les limites du serpentin 😉

    Après c’est sur que c’est beaucoup plus simple d’utilisation et à nettoyer 🙂

    Julien

    1. Salut Julien ! En effet ca se concrétise ! J’ai réserve mon prochain week-end à la brasserie donc au programme : un nouvel hydromel et le premier brassin ! 😉

      Concernant la pompe, elle ressemble en effet beaucoup à celle de microbrassage.com. Peut-être que microbrassage.com se fournit sur le site que j’ai partagé, il faudrait lui demander !

      Et oui tu as raison le serpentin pour 100L ça commence à être limité. Je verrai à l’usage si ça suffit ! 🙂

N'hésite pas à laisser un petit mot, ça fait toujours plaisir ! ;)