Skip to main content
Houblon columbus tout juste mis en terre

Journal de bord du jardin #2 – Ça pousse !

Bonjour à toi ami lecteur ! Aujourd’hui, dans la suite de mon premier journal de bord du jardin, je vais essayer de faire un peu plus court et vous parler, rapidement, de deux choses : la croissance de mes houblons et le lancement d’une série d’expériences sur les céréales !

C’est parti  pour un petit tour dans le jardin de la Brasserie du Vallon !

 

Le houblon

 

Dimanche 3 avril j’ai enfin pris le temps de mettre en pleine terre les deux houblons achetés ce printemps dont je vous ai parlé dans mon précédent journal de bord du jardin, j’ai nommé le Strisselspalt Mr.JeMeCroisEnÉté et le Columbus alias Mr.JeFaisLeMort !

Les voilà donc bien installés au pied de la même balançoire (mais de l’autre côté) que leurs confrères le Tradition alias Mr.Jungle et le Fuggle, qui pousse normalement ^^

Le sol est bien meilleur de ce côté de la balançoire qu’il l’était à quelques mètres de là, où j’ai planté le Fuggle et le Tradition. J’ai quand même décidé de donner un coup de pouce a mes petits chéris grâce à notre compost ultra riche fait maison.

 

Le houblon aime les sols bien drainés, et assez riches en nutriments pour pouvoir soutenir sa croissance explosive, avec une bonne exposition au soleil et un apport d’eau régulier.

Mais il ne faut pas oublier que le houblon est surtout une plante extrêmement robuste, qui s’adaptera a à peu près n’importe quelle situation, à condition de ne pas le laisser dessécher tout de même !

Que votre sol soit acide, alcalin, sablonneux, caillouteux ou encore meuble, le houblon y survivra sans mal !

 

Quand ça sera la saison, je préparerai aussi quelques litres de purin d’ortie pour leur donner un coup de fouet supplémentaire. Mais là vu la dose de compost bien noir que j’ai ajouté je pense qu’ils ont de quoi manger pour un bout de temps !

 

 

À part ça, les deux autres houblons se portent bien. Comme je vous l’ai fait comprendre un peu plus haut, Mr.Jungle, le houblon Tradition planté à l’automne dernier, se porte vraiment bien avec sa trentaine de bourgeons qui commencent à s’épanouir tout doucement, passant du blanc au rose et au vert.

Les bourgeons ont grandi d’un petit centimètre en une semaine mais restent quand même assez frêles. Les Fuggle quant à lui se porte bien et à bien pris 2 cm en 7 jours. Ses feuilles commencent à devenir vraiment apparentes, mais sont encore vraiment violettes.

C’est assez joli, regardez donc :

 

 

Conclusion : les houblons profitent bien d’être plantés à l’automne plutôt qu’au printemps

Vous l’avez peut-être remarqué maintenant, mais je suis un vrai fana d’expériences en tout genre.

Du coup comme je n’ai encore rien commencé de très expérimental sur mes houblons, je vais vous dire ce qui m’est passé par la tête pour les prochaines semaines.

J’ai pour projet de mener une expérience de marcottage bientôt sur le houblon Tradition (quand il aura assez grandi…).

 

Mais qu’est-ce que le marcottage ?

Une technique de reproduction toute simple qui permet de reproduire simplement une plante sans pour autant trop ralentir sa croissance.

Il suffit d’enterrer une partie d’une liane et cette dernière vas faire des racines; Il suffira ensuite de détacher la liane et ses racines de la plante principale.

J’ai une fois lu, dans le guide de la culture du houblon par le Mr. Houblon du forum brassageamateur.com, aka Chroedegang, que pour réaliser que marcotte il était préférable de gratter la surface de la branche avant de l’enterrer.

L’objectif de mon expérience pas trop scientifique vas donc être de prendre deux branches de 15cm aussi vigoureuse l’une que l’autre sur le même houblon (le Tradition), en gratter une et ne pas gratter l’autre et voir la différence au niveau des marcottes créées.

 

Je ferai peut-être aussi un autre test avec deux boutures identiques plantées dans deux pots identiques avec la même terre et soumise aux même conditions environnementales, avec pour seule différence l’arrosage.

Un des pots recevra de temps en temps dans sa dose d’eau un petit peu de purin d’ortie dilué et l’autre pot sera toujours arrosé uniquement à l’eau.

Je veillerai à rester attentif à donner le même volume d’eau à chaque houblon, sauf si un des deux deviens vraiment beaucoup plus grand que l’autre.

Mais avant de pouvoir faire des boutures, il faut déjà que les tiges de mes petits houblons poussent !

 

C’est tout pour le houblon, j’ai fait assez de teasing à leur propos. Dites-moi si vous êtes intéressé par d’autres expériences, je serrai ravi de les réaliser pour vous 😉
Passons donc à le deuxième et dernière partie de cet article que je voulais court (je crois que c’est déjà foutu…) !

 

L’expérience des céréales

 

Maintenant que je vous en ai mis plein les yeux avec mes jolies pousses de houblon bien vertes et mes petits bourgeons roses tout mignons, passons aux céréales avec lesquelles je m’amuse actuellement. Je joue, comme vous le savez, avec du sorgho et du blé pour l’instant, l’orge arrivera dans quelques jours, semaines ou mois, quand j’aurai acheté des graines (si j’en achète) !

 

Petite aparté, sérieusement, je pense bien que ça n’a jamais été aussi difficile pour moi de trouver ce que je veux sur internet ! J’ai cherché pendant plusieurs heures des semences d’orge de brasserie sur divers sites.

Impossible de trouver un seul site vendant des graines dont la variété précise est connue. Je veux une variété d’orge qui a des bonnes caractéristiques pour le brassage, sinon à quoi bon ?

Parce que oui, toutes les variétés d’orges ne sont pas aussi adaptées les unes que les autres au brassage. Certaines contiennent trop de protéines, d’autres sont trop difficiles à malter, et ainsi de suite.

Mieux encore, la seule fois où j’ai réussi à trouver des semences d’orge de brasserie de variété connue, c’était à acheter par 50kg au minimum ou mieux encore par « bigbag » de une tonne. En sachant que je n’ai besoin que de 500g tout au plus pour mes expériences…

Mais bon ça se comprend, des cultivateurs/malteurs amateurs ça court pas les rues non plus !

 

Alors oui, j’aurais pu acheter des graines d’orge cru toutes simples sur un site de fourniture de brassage, mais soit les frais de port sont exorbitants, soit ils ne vendent que des sacs de 5kg… Je vais donc attendre d’avoir besoin d’autre chose pour faire une commande grouper et rentabiliser les frais de port !

Si jamais toi, lecteur informé, tu as un ami cultivateur d’orge de brasserie qui accepterai de m’envoyer deux poignées de semences par la poste, à mes frais bien évidemment je suis preneur de l’info. Parce que j’ai bien essayé de contacter des malteries, qui ont accès à des graines d’orges encore plantables (c’est à dire pas encore tuées par le processus de maltage), mais aucune n’a daigné me répondre, ne serrais-ce que pour me dire non… Bref.

Passons aux céréales que j’ai réussi à obtenir et à faire pousser !

 

Dimanche 27 mars j’avais mis des graines de sorgho et de blé à germer entre deux mouchoirs humides avant de partir à Belfort pour la semaine, espérant que environ 50% d’entre elles montreraient une petite racine au bout de 6 jours, quand je rentrerai de Belfort. J’en ai parlé dans la partie « céréales » de mon premier journal de bord du jardin.

 

 

Et bien, comme vous pouvez le voir ci-dessus, je n’ai pas été déçu, 100% des graines de sorgho ont germé, et 80% du blé, et pas qu’un peu en plus ! Les graines de blé ont fait trois racines chacune et font déjà 3cm de haut au moment ou j’écris ces lignes !

Ce dimanche 3 avril je vais donc les mettre en terre pour voir comment elles réagiront. J’en profiterai pour semer au même moment le même nombre de graines de sorgho et de blé pour voir la différence entre des graines semées directement en pleine terre et des graines germées hors-sol.

J’ai répété l’expérience la semaine suivante, mais cette fois seul 80% des graines de sorgho et 50% des graines de blé ont germé. Certainement à cause des températures légèrement plus basses dans ma chambre que la semaine dernière, à cause du climat.

J’ai donc mis ces nouvelles graines pré-germées en pleine terre à la suite des précédentes et j’en ai semé un nouveau lot. Les graines pré-germées de la semaine dernière se portent bien, par contre les graines semées en pleine terre au même moment ne donnent pour l’instant aucun signe de vie …

Peut-être est-ce un peu trop tôt pour semer avec des températures aux alentours de 5°C la nuit ? On sera bientôt fixés !

 

J’ai prévu pour bientôt une expérience dans des pots pour essayer de déterminer empiriquement quel type de sol préfèrent le blé et le sorgho. Je pense faire 4 pots avec 4 type de terre différent, une toute simple prise directement dans mon jardin sans aucun ajouts, une autre avec 50% de terre du jardin et 50% de composte, une autre avec 1/3 terre du jardin, 1/3 de sable et 1/3 de composte et enfin une 100% constituée de composte.

Et je pense aussi faire une autre expérience pour voir si oui ou non l’apport de certains purins et autres décoctions ont vraiment un effet aussi positif sur la santé des plantes que ce que j’ai pu lire ici et là sur internet.

Encore une fois, si vous êtes intéresse par d’autres expériences à propos du jardinage pour les brasseurs n’hésitez pas à m’en proposer ! 😉

 

Conclusion

 

C’est tout pour le moment, merci de m’avoir lu jusqu’au bout !! 🙂

Dans le prochain journal de bord (#3), je vous tiendrai informé de la progression de mes houblons et de la survie ou non de mes petites graines fraîchement plantées !

Je suis ouvert à toutes les propositions d’expériences, de nouveaux sujets à traiter ou bien d’améliorations à apporter à mes articles, alors allez-y, lâchez-vous dans les commentaires 😉

Schüss !

Quelques articles pour toi

N'hésite pas à laisser un petit mot, ça fait toujours plaisir ! ;)