Skip to main content
le 7 mai 2016 voici la parcelle du jardin de la Brasserie du Vallon dédiée aux céréales, avec un nouveau lot de graines semées

Journal de bord du jardin #4 – Expérience ratée et bricolages

Salut les brasseurs jardiniers ! J’espère que ça pousse comme vous voulez !

Chez moi c’est mitigé, mes premières expériences horticoles ne se passent pas formidablement bien… Mais à part ça, heureusement, tout le reste se passe plutôt bien dans le jardin, alors ça compense !

 

Au programme du jour, je vous propose :

  1. La croissance des houblons
  2. La surpopulation de ma parcelle de céréales
  3. Mes expériences horticoles
  4. La mise en place de tuteurs pour mes houblons

 

C’est parti ! 🙂

 

1. Les houblons

 

Comme vous le savez grâce au journal de bord du jardin #3, mes houblons commençaient sérieusement à avoir besoin de tuteurs pour les supporter ! J’ai donc enfin trouvé le temps et avec l’aide de mon père j’ai installé des lignes tutrices pour soutenir la croissance rapide de mes houblons.

Ce sont les ficelles blanches que vous verrez sur le photos ci-dessous. Mais pour plus de photos et plus d’explications à propos de ces tuteurs à houblon, il faudra attendre la dernière partie de cet article 😉

 

Voilà donc, en attendant, les dernières photos des houblons (il faisait pas très beau, pardon pour les photos ternes) :

 

 

Je m’étonne d’une chose à propos de mon pied de Fuggle, c’est la survie de sa tige brisée ! Il y à déjà plus de deux semaines j’avais retrouvé la plus longue tige du Fuggle brisée dans son premier tier, certainement par le vent, qui avais beaucoup soufflé.

J’avais redressé la tige et je l’avais attaché au poteau de la balançoire comme elle était déjà assez grande, toutefois sans grand espoirs qu’elle survive.

Et pourtant si ! Elle à non seulement survécu, mais elle a aussi continué à grandir sans aucun soucis !

Le houblon est définitivement une plante très robuste… mais pas increuvable pour autant… on aura l’occasion d’en reparler plus bas dans cet article !

 

2. Les céréales

 

Ah les céréales ! Ils m’ont fait une sacré surprise quand je les ai revus après ma semaine à Belfort ! Regardez un peu la tête de la parcelle le 13 mai :

 

 

Alors imaginez ce que c’est maintenant, le 23 mai ! Le sorgho est devenu encore plus énorme e ton commence à vois les graines se former au centre. Le blé par contre n’a plus beaucoup de place et de soleil pour grandir.

D’ailleurs à cause du manque de place et de luminosité, les rangées de derrière, que j’ai semé après la rangée de devant, sont sacrément en retard !

 

Au début j’ai lancé cette culture un peu pour le fun, avec des graines achetées 13 centimes la centaine sur internet, sans grand espoir d’obtenir un résultat intéressant.

Mais là franchement je suis agréablement surprise de la manière dont cette expérience se déroule !

Mais il ne fait pas oublier non plus qu’on est pas encore au bout, loin de là même ! Donc en attendant, je continue de m’en occuper et je croise les doigts. 😉

 

Il me restait encore des graines et j’avais encore de la place dans le bout de jardin qui m’a été attribué par mon père, alors j’ai décidé de semer un nouveau lot, comme je vous l’ai dit dans le journal de bord du jardin numéro #3 (pour ceux qui ne l’ont pas lu, n’hésitez pas 😉 ).

Par contre, ayant un peu la flemme de les semer en rangées comme sur le bout de parcelle précédent, j’ai décidé de m’amuser un peu et de semer ça à l’arrache. Le résultat n’est pas trop mal. Le semi n’est clairement pas homogène et il est certainement trop dense, mais ça fera l’affaire. Voyez le résultat :

 

Le 13 mai, les graines semées une semaine plus tôt ont presque toutes germé !
Le 13 mai, les graines semées une semaine plus tôt ont presque toutes germé ! Il vas y avoir une grosse surpopulation sur cette parcelle dans quelques semaines !!

 

Taux de germination ? 75% ! C’est clairement bien mieux que mes derniers semis ! (et oui, j’ai compté chaque petite pousse sans exception 😉 )

Alors par contre je ne sais pas si je doit attribuer ce très bon taux de germination à un climat plus doux ou au sol plus humide.

 

La fois précédente il faisait beau, le sol était dur et bien sec, mais ça restant encore plutôt frais dans le vallon, avec environ 5°C le matin. C’était le début du printemps après tout.

Mais là par contre, pour ce dernier semi, il à fait relativement moche, avec du temps gris et de la pluie régulièrement. Mais il faisait aussi bien meilleur, avec des températures matinales bien plus proches des 10°C !

Alors, d’après vous, c’est la température plus clémente ou l’humidité du sol plus élevée qui à fait toute la différence ? Ou les deux, peut-être ?…

 

Et comme il me reste encore quelques graines, je vais encore pouvoir combler les quelques trous qui restent dans ma parcelle et faire une ou deux expériences 😉

 

3. Les nouvelles expériences horticoles

 

Vous vous souvenez quand je vous ai dit que le houblon était increvable plus haut ? Et bien j’ai réussi à me convaincre du contraire très facilement !

Vous savez que j’essaye de faire des expériences aussi souvent que possible pour apprendre des choses et m’amuser un peu.

Et bien dans le cadre de ces expériences j’ai été amené à réaliser des boutures de houblon … Enfin bon, « essayer de réaliser » serrait plus juste ici !

 

Au moment de tailler mon houblon tradition qui avait beaucoup trop de tiges (plus de 30) je me suis dit que c’était dommage de les jeter, alors j’ai essayé d’en faire des boutures.

J’ai décris le procédé très simple utilisée pour essayer de faire des boutures dans le journal de bord du jardin #3, pour ceux qui auraient raté un épisode 😉

 

Maintenant, voyez en image comment ça s’est passé, âmes sensibles, s’abstenir ! (Pensez à passer votre sourie sur les images pour voir les commentaires)

 

 

Malheureusement, la mise en terre n’a rien changé et ils ont tous moisi. C’était assez artistique cette moisissure blanche très touffue sur les tiges. Malheureusement j’ai oublié de prendre des photos avant de tout jeter.

Peut-être qu’un excès d’eau et d’humidité à causé l’apparition de cette moisissure…

Je vais recommencer l’expérience ce weekend après avoir taillé le Columbus, mais cette fois je vais prendre des tiges plus grandes, et je vais les planter directement en terre et sans serre, pour éviter l’apparition de moisissure !

 

Voici un petit résumé de ce que je prévois de faire comme expérience horticoles très prochainement :

  • Faire pousser des graines de blé et de sorgho dans différentes terre. Objectif : voir quelle différence fait une bonne terre par rapport à une terre pauvre et voir si ils survivent en pot
  • Marcotter du houblon. Objectif : s’essayer au marcottage et voir si oui ou non gratter la tige sert effectivement à quelque chose.
  • Faire des boutures de houblon. Objectif : s’essayer au bouturage du houblon et obtenir six boutures à peu près identiques pour pouvoir ensuite faire une autre expérience (point suivant)
  • Cultiver du houblon en pot avec divers engrais. Objectif : tester l’efficacité du purin d’ortie face a un engrais chimique (et comparé à une plante sans engrais).

 

Comme d’habitude, je partagerai avec vous les résultats de ces modestes expériences dans le prochain journal de bord du jardin (#5).

« Stay tuned« , comme diraient nos amis anglophones 😉

 

4. Le bricolage des tuteurs

 

Ça y est, ça fait plus de trois semaines que je voulais le faire et là j’ai enfin trouvé le temps !

J’ai enfin pu mettre en place de lignes tutrices pour guider mes houblons ! 🙂

La balançoire en elle-même aurait peut-être suffit pour guider deux ou trois tiges, mais là avec deux ficelles en plus et cette forme en éventail, le houblons sera bien plus à l’aise pour produire des cônes en masse !!

Une IPA spéciale récolte au houblon fraîchement cueilli est déjà prévue pour la fin de l’été 😉

 

Comment j’ai réalisé ce bricolage ?

Le plus simplement possible !

Chercher deux branches de noisetier en foret (merci papa 😉 ), piquer 30 mètres de corde aux beaux-parents (je suis pas marié, mais c’est plus simple dit comme ça ^^), fixer le tout sur la balançoire et y enrouler les tiges de houblon !

What else ?

Ah, oui, j’ai oublié l’étape à laquelle on bois une bonne bière après avoir fini le travail, évidemment ! 😛

 

Comment est conçu ce chef d’oeuvre ?

La fixation au sol est réalisée tout simplement à l’aide de trois sardines de camping plantées dans trois directions différentes, avec un angle de 45° par rapport au sol. Plus ou moins en forme de pied d’oiseau en gros.

La corde est une corde en plastique blanc (nylon ?) non tressée, très solide et assez rugueuse pour que le houblon s’y agrippe sans difficultés avec ses petits picots.

La forme d’éventail à été conçue pour que le houblon puisse devenir touffu au sommet sans pour autant être trop compact.

En haut les supports en bois sont simplement fait de tiges de noisetier de 2m40, fixées à la balançoire avec du fil en acier galvanisé bien balaise (anciens cintres).

Comme j’ai espacé les fils de manière homogène sur la tige en noisetier, les plus matheux d’entre vous ont donc déjà déduit que les cordes sont espacées de 60cm en haut.

 

Voilà le résultat des tuteurs à houblon installés dans le jardin :

 

Une vue d'ensemble des lignes tutrices servant de support aux houblons dans le jardin de la Brasserie du Vallon
Voici une vue d’ensemble des lignes tutrices tout juste installées. Elles vont servir de support aux houblons dans le jardin de la Brasserie du Vallon.

 

Forces et faiblesses du système

Les faiblesses que je trouve a ce système actuellement :

  • Les ficelles sont trop éloignées du pied, il faut guider le houblon à la main et plier beaucoup les tiges pour atteindre les lignes
  • Utiliser les tubes de la balançoire comme tuteur c’est pas génial, le houblon glisse dessus !! Il vas falloir que je customise ça un peu
  • Comme les deux tubes de la balançoire se rejoignent en haut, les tiges des houblons se mélangeront, ce qui risque de compliquer la récolte

 

Les points forts de ce système :

  • Il coûte 0€ à condition d’avoir un grande balançoire à disposition, de la corde gratuite et un tas de sardines à la cave !
  • Les lignes tutrices sont démontables (noeuds coulants) ce qui permet de les détacher pour récolter sans avoir à couper tes lianes
  • La forme en éventail permet une bonne croissance du houblon et une bonne exposition au soleil toute la journée

 

C’est déjà pas mal, mais il reste quelques détails à améliorer … On en reparle l’an prochain ! 😉

 

Le mot de la fin

Dans un mois c’est le vacances pour moi, mais ça veut aussi dire que les prochains temps je vais devoir rendre un max de rapports et réviser tous les cours du semestre pour mes examens finaux !

Donc il risque d’y avoir un peu moins d’articles, malheureusement.

Et le projet risque de stagner !… Déjà que ça avançais pas très vite ces derniers temps !

 

Quoi qu’il en soit, j’espère que cet article-ci vous aura plu. Dites-moi dans les commentaires si vous avez déjà réussi à bouturer du houblon, et n’hésitez pas à demander plus d’expériences horticoles si ça vous plais 😉

 

Merci de m’avoir lu jusqu’ici, à bientôt pour la suite de mes expériences de jardinage et bien plus encore !

 

Schüss

 

 

Quelques articles pour toi

4 réponses à “Journal de bord du jardin #4 – Expérience ratée et bricolages

    1. Oui c’est vrais. Mais il faut les comprendre, ils bossent avec les gros producteurs de houblon alsaciens et beaucoup de grosses jardineries, ils ont pas trop le temps de faire de l’emballage et de l’expédition de houblons pour les particuliers. Mais personnellement je vais habiter à Strasbourg pendant 6 mois en septembre alors je pourrais prendre les commandes de tous les brasseurs amateurs qui veulent des houblons de Luxflor Internationnal et faire l’expédition moi-même ! N’hésite surtout pas à revenir me voir en automne si tu est intéressé par ça ! 😉

    1. Merci 🙂

      Mes houblons viennent de Luxflor International à Scharrachbergheim, dans le bas-Rhin à 20 minutes à l’est de Strasbourg. Payé 6€20 le pot et pour l’instant ils ont tous survécus, comme tu l’a certainement remarqué ^^
      la dame qui gère ça est très sympas, mais ils ne font pas d’envois par contre.

N'hésite pas à laisser un petit mot, ça fait toujours plaisir ! ;)