Skip to main content
3 juin Columbus taillé

Journal de bord du jardin #5 – Des résultats encourageants

 

Paysage alsacien, champs d'orge et coquelicots, printemps 2016 Uffholtz
Magnifique paysage alsacien, un champs d’orge et quelques coquelicots, entre deux averses (printemps 2016 à Uffholtz)

Salut les brasseurs jardiniers ! Voici un journal de bord du jardin comme je les aime : plein d’expériences aux résultats intéressants et le tout bourré de jolies photos 😉

 

Au menu du jour, je vous propose :

  1. La croissance des houblons
  2. La surpopulation de ma parcelle de céréales (vous n’imaginez même pas à quel point)
  3. L’avancement de mes expériences horticoles (boutures de houblon)
  4. Le guidage de mes houblons sur leurs tuteurs

 

Oui, c’est presque le même sommaire que dans l’article Journal de bord du jardin #4 ! Excellente observation, bravo ! 😛

Mais rassurez-vous, il s’est passé bien des choses intéressantes depuis ce dernier article ! Ah et pardon pour mon absence ces derniers temps, mais j’avais des examens à finir ! 😉

C’est parti ! 🙂

1. Les houblons grandissent

C’est le printemps et malgré le temps franchement pourrave qu’on s’est tapé ici en Alsace, les houblons se portent plutôt bien. D’ailleurs, en parlant de temps merdique, j’ai une petite anecdote bien sympas pour vous à la fin de l’article ! 😉

Mais en attendant, restons concentrés sur les houblons, voulez-vous ?

 

La tige cassée du Fuggle dont j’ai parlé dans un de mes précédents articles est toujours en aussi bonne forme, c’est même une des plus grandes et solides tiges de ce houblon ! La seule différence avec les autres lianes c’est que celle qui a été brisée par le vent a commencé à faire des tiges secondaires à sa base.

Il semblerai que toutes les lianes de houblon qui subissent une blessure importante ont tendance à rapidement se ramifier par le bas.

J’ai aussi observé ce phénomène sur mon plant de Strisselspalt et sur mon Columbus. Je soupçonne mon chat d’avoir grignoté l’extrémité d’une tige sur chacun de ces deux plants.

 

 

27 mai 2016, le chat me tiens compagnie pendant que je jardine
27 mai 2016, le chat me tiens compagnie pendant que je jardine… je lui avais pourtant bien dit de ne pas toucher aux houblons, mais rien n’y fait, elle est têtue comme une mule et fait des roulades dedans pendant que j’essaye de limiter les dégâts !

 

 

En tout cas, que ça soit la faute du chat ou celle des limaces, le résultat est le même : le bout des lianes étant coupé, des tiges secondaires sont apparues sur la partie inférieur de la liane en question. Du coup maintenant je me pose une question :

Je coupe ou je laisse ?

 

Si je laisse ces tiges supplémentaires en bas de mes houblons, j’ai peur qu’ils soient trop touffus à leur base, ce qui est mauvais pour les maladies cryptomatiques (mildiou et autres) d’après ce que j’ai appris, et j’ai peur qu’ils ne soient pas aussi productifs qu’ils pourraient l’être en profitant du soleil plus haut sur leurs tuteurs. Et en même temps je n’aime pas trop tailler mes plantes à tout bout de champs, ça les stress et elles produisent moins après.

Déjà que c’est leur première année et qu’ils produiront au mieux 100g par plant …

 

Du coup je pense que je vais tester les deux solutions sur deux plants differents : je vais tailler les rejets à la base de mon Fuggle et laisser ceux du Columbus. Ou l’inverse … On verra bien le feeling que j’aurais au moment de donner le premier coup de ciseau !

Bon, assez parlé, je sais bien que vous êtes tous venus pour une chose : des photos !

Alors voilà pour vous toutes les dernières photos de mes houblons.

 

Fuggle

Tradition …

Columbus

Strisselspalt

 

Voilà, c’est à peu près tout pour les houblons, mis à part que j’ai oublié de parler des pucerons qui ont commencés à s’attaquer au Strisselspalt et au Columbus. J’espère que le purin d’ortie que je suis entrain de fabriquer pour mes expériences sera un répulsif efficace … On aura l’occasion d’en reparler dans le journal de bord #6 !

Ces deux houblons attaqués par les pucerons sont situés un peu plus à l’ombre que je Fuggle et le Tradition parce que j’ai un grand sapin qui leur cache le soleil jusqu’à 10 ou 11 heure du matin. Je me demande si ça à un quelconque lien avec la présence e ces salles bestioles ? Venez en discuter avec moi en commentaire ! 🙂

 

Il est important me semble-t-il de préciser que les photos ci-dessus sont un peu périmées. En effet avec mes exam le mois dernier je n’ai jamais trouvé le temps d’écrire cet article et les photos s’accumulaient. Du coup j’ai décidé de vous montrer les plus importantes/belles quand même, même si elles ne sont plus trop d’actualité.

Je vous en mettrai quelques une des plus fraîches dans un prochain article qui devrait arriver bientôt je l’espère. 🙂

 

D’ailleurs, à force de mettre autant de photos je commence à me dire que ça serrait bien plus simple et rapide pour moi de faire une vidéo et de la mettre sur Youtube ! En plus je pourrais dire plus de choses en moins de temps et mieux illustrer ce dont je veux parler.

 

–>   Laisse un commentaire si l’idée te plait ! 😉   <–

 

2. La folie des céréales

Et dire que je m’étonnait de la tête de la parcelle le 23 mai… Allez voir le journal de bord du jardin #4 après avoir vu les photos ci-dessous, vous allez rire !

 

 

Ensuite concernant l’évolution de mes deux mini parcelles semées un peu à l’arrache, ça grandit bien, malgré la densité du semi bien trop élevée. Voila un peu où on en est :

 

 

Autrement, mis à part la densité un peu élevée, le sorgho se développe bien et le blé commence à montrer ce beaux épis ! Ça ressemble à ça :

 

10 juin, je découvre les premiers épis de blé !
10 juin, je découvre les premiers épis de blé ! Ça fait plaisir 🙂

 

J’ai aussi eu un léger souci de pucerons sur un seul des pieds de sorgho, mais ça ne semble pas l’avoir affecté plus que ça. Contrairement aux parasites du houblon, ces pucerons sont tout gris. Est-ce que c’est parce qu’ils ne sucent pas la même sève ou juste parce que c’est deux espèces différentes ?

 

 

Maintenant le blé commence tout doucement à devenir d’une belle couleur dorée et le sorgho développe des sortes de haricots à la place des fleurs. On devine à travers l’enveloppe de ces haricots qu’ils sont remplis des futures grappes de graines caractéristiques du sorgho.

 

3. Expérience de bouturage et de marcottage

Parmi les expériences de jardinage que je fait pour apprendre en m’amusant un peu, il y a mes désormais nombreuses tentatives de réaliser des boutures de houblon. Et bien à force de persévérance j’ai presque réussi !…

Presque, oui, en effet … ;(

Des saloperies de pucerons verts se sont attaqué à mes jeunes boutures de houblon toutes fragiles stockées à l’abris dans ma chambre à Steinbach alors que j’étais à Belfort, donc je ne l’ai pas remarqué tout de suite, mais seulement la semaine d’après ! Du coup mes boutures tirent un peu la tronches à force de se faire pomper toute leur énergie par cette armée de micro pucerons verts….

 

10 juin, découverte de pucerons verts sur le boutures à l'intérieur de la maison !
10 juin, découverte de pucerons verts sur les boutures à l’intérieur de la maison ! Vous voyez ces deux minuscules tâches vert pâle sur la tige de la bouture ? Sur d’autres boutures les feuilles en étaient criblées

 

En plus j’ai même trouvé un verre sur une des tiges mortes que j’ai sorti de terre … Je comprend pas comment il à pu arriver ici étant donné que j’ai utilisé du terreau de rempotage et non pas de la terre du jardin !

 

En retirant une bouture morte de terre j'ai découvert cette chose accrochée dessus. Un ver de moins d'un millimètre d'épaisseur, tout transparent, qui bouffais les boutures par la racine ! Grrr !
En retirant une bouture morte de terre j’ai découvert cette chose accrochée dessus. Un ver de moins d’un millimètre d’épaisseur, tout transparent, qui bouffais les boutures par la racine ! Grrr !

 

La plupart des boutures ont maintenant l’air très sèches malgré la terre constamment humide, mais j’ai bon espoir qu’avec le temps de nouvelles pousses sortent de terre. L’espoir fait vivre, n’est-ce pas ?

Cette fois j’ai réussi à faire pousser des racines à bien plus de tiges que les fois précédentes, la preuve en image :

 

 

Il semblerai que plus les tiges sont longues, plus elles ont tendance à faire de belles racines rapidement. J’ai aussi l’impression que couper l’extrémité des tiges, là où il y a le bourgeon principal, semble améliorer le taux de survie et la vivacité des boutures. Le fait de les mettre directement en terre par contre ne semble pas être très efficace pour moi. Peut-être que je fais quelque chose de travers. Enfin, dernière observation : mettez un minimum d’eau (2cm maxi) au fond du récipient et évitez à tout prix qu’une bouture tombe dans l’eau entièrement ou qu’une feuille touche l’eau. Ça moisie en 3 jours et ensuite la moisissure s’attaque à toutes les boutures, même les saines !

Mais bon, c’est en faisant des erreurs qu’on apprend. Et c’est en les partageant avec vous que je vous épargne de devoir les faire vous aussi 😉

 

 

Enfin bref, je ferrai un article résumé de toutes mes expériences de bouturage quand j’aurais le temps et que j’aurais enfin réussi de manière concluent à bouturer du houblon

 

Sinon, concernant les autres expérimentations, dans le journal de bord numéro 4 je vous avais donné cette petite liste des expérience horticoles que je prévoyais de réaliser très prochainement :

  • Faire pousser des graines de blé et de sorgho dans différentes terre. Objectif : voir quelle différence fait une bonne terre par rapport à une terre pauvre et voir si ils survivent en pot
  • Marcotter du houblon. Objectif : s’essayer au marcottage et voir si oui ou non gratter la tige sert effectivement à quelque chose.
  • Faire des boutures de houblon. Objectif : s’essayer au bouturage du houblon et obtenir six boutures à peu près identiques pour pouvoir ensuite faire une autre expérience (point suivant)
  • Cultiver du houblon en pot avec divers engrais. Objectif : tester l’efficacité du purin d’ortie face a un engrais chimique (et comparé à une plante sans engrais).

Vu ma motivation et mon temps de dispo, je pense que vais me contenter de réaliser l’expérience de bouturage cette saison et c’est tout. Si mes premières boutures avaient bien fonctionné j’aurais pu enchaîner sur l’expérience de test des divers engrais, mais là c’est assez mal parti !

Ensuite concernant l’expérience de marcottage du houblon, j’ai bien mis une tige à marcotter pour voir, mais je n’ai pas essayé de faire de comparatif avec et sans tige grattée. Je vais déjà voir si ma marcotte survie plus de deux mois ! Et pour l’instant c’est bien parti. J’ai juste peur que l’assèchement rapide du pot à cause des récentes fortes chaleur empêche les racines de bien se développer.

Enfin, concernant la culture des céréales en générale, je pense abandonner ce projet totalement. En effet cultiver ses propres céréales demande bien trop de temps et de surface cultivable. C’est donc pas pour cette année, et à vrais dire je ne suis pas sur de le faire un jour. Je préfère trouver un producteur de malt bio sympa et lui acheter son malt plutôt que d’essayer de le faire moi-même, mal.

 

Navré de conclure cette partie expérimentale de mon journal de bord du jardin sur une note aussi maussade, mais il faut bien que je me fixe des priorités. Peut-être que quand je ferrai des vidéos au lieu des articles j’arriverai à perdre moins de temps à lire, relire et ajouter du texte. Enfin, si je décide de faire des vidéos. Pensez bien à me dire ce que vous pensez de cette idée en commentaire !!

 

Allez, pour me faire pardonner, voilà les photos de ma tentative de marcottage 😉

 

 

4. Guider le houblon sur ses tuteurs, la suite

 

Une vue d'ensemble des lignes tutrices servant de support aux houblons dans le jardin de la Brasserie du Vallon
Voici une vue d’ensemble des lignes tutrices tout juste installées. Elles vont servir de support aux houblons dans le jardin de la Brasserie du Vallon.

 

L’anecdote en rapport avec le temps pourri : Le temps est tellement humide que les branches dont je me suis servi pour faire le magnifique support pour mes houblons que vous pouvez voir sur la photo ci-dessus ont commencé à faire des petites branches !

Oui, oui, dans les climats tropicaux les piquets qu’ils plantent dans le sol pour faire des clôture finissent par devenir des arbres, et bien en Alsace ce printemps, même les bois qui ne touchent pas le sol deviennent des arbres tellement il fait humide !!

 

D’ailleurs en parlant des tuteurs de mes houblons, j’ai fait un truc la semaine dernière. J’en avais marre que les tiges qui poussaient sur les poteaux verts glissent et soient complètement tassées en bas, du coup j’ai décidé tout simplement de les accrocher avec un peu de fil de fer !

J’en ai profité pour les enrouler de manière bien moins serré pour limiter le risque de maladies et pour améliorer l’exposition au soleil … déjà qu’il n’y en a pas beaucoup, ça serrait dommage de pas pleinement en profiter !

 

20 mai houblon Tradition. Il suffit de soutenir les tiges et elles s'enrouleront autour du poteau
20 mai houblon Tradition. Il suffit de soutenir les tiges et elles s’enrouleront autour du poteau d’elle-même en quelques jours

 

Du coup c’était assez impressionnant parce que mon Strisselspalt est passé de 50cm de haut quand il était tassé en bas du poteau à force de glisser, à presque 1,5m de haut après la mise en place des attaches en fil de fer ! Et maintenant il m’a largement dépassé, il fait plus de 2 mètres. Mais les photos c’est pour le prochain article 😉

Petit conseil : attention à ne pas blesser les jeunes tiges avec le fil de fer, elles sont vraiment très fragiles, surtout par rapport aux efforts de compression ! Je me suis fait avoir perso, j’ai légèrement blessé une tige de Fuggle… Décidément, entre le vent et mes mauvais traitements il en prend plein la gueule cette saison celui-là. Il manquerai plus qu’une biche vienne en faire son petit dej’ !

Du coup pour ne pas compresser les tiges j’ai commencé par enrouler mon fil de fer très serré autour du poteau pour pas qu’il glisse, sous la tige, puis j’ai fait une boucle ou un crochet pour y mettre délicatement la tige, sans la compresser. Je pense qu’on comprend ça assez bien avec les photos d’avant.

 

Le mot de la fin

Allez, plus qu’une semaine et c’est les vacances pour moi, je part en Norvège !! mais avant ça, si vous suivez mes journaux de bord du projet, vous savez peut-être que j’approche de plus en plus du moment où je vais pouvoir enfin brasser ma première bière artisanale pro !

Donc les choses vont enfin commencer à devenir un peu plus orientées vers le brassage … à condition que mes démarches administratives se passent bien !

Seul le temps nous le dira !

 

Si cet article-ci t’a plu, laisse un (ou plusieurs) commentaire(s), et n’hésite surtout pas à demander une expériences horticoles qui t’intéresserai !

Surtout, pense bien à me donner ton avis sur le fait que je me lance dans la création de vidéos sur Youtube, c’est très important pour la suite !! 🙂

 

Merci de m’avoir lu jusqu’ici, et bonne continuation sur le blog de la Brasserie du Vallon !

( pense à la newsletter pour ne pas rater les articles les plus importants, j’envoie un mail tous les deux mois environ, donc ça vas, je spam pas trop 😉 )

 

À bientôt pour la suite de mes expériences de jardinage et bien plus encore ! 😉

Schüss

Quelques articles pour toi

Quentin - Le Brasseur du Vallon

Après plusieurs années dans le monde du brassage amateur, j'suis devenu pro et j'ai modestement ouvert ma petite micro-brasserie : la Brasserie du Vallon ! :)J'y brasse des bières artisanales et originales en petites quantités, ainsi que des hydromels subtiles ... mes recettes sont sans cesse renouvelées pour plus de surprises et de bons moments de dégustation ;)Pour ceux qui ne connaissent pas encore l 'histoire, c'est par ici :--> http://brasserieduvallon.fr/la-brasserie-du-vallon/Après avoir ouvert ma micro-brasserie et partagé mon savoir brassicole pendant presque un an sur le blog de la Brasserie du Vallon, que j'ai décidé de m'organiser un peu mieux et de séparer mes articles.J'ai donc crée deux autres blogs concernant l'apprentissage du brassage, les techniques de brasseur et les livres de brassage pour le plus grand plaisir des apprentis brasseurs :--> http://formation-brassage.fr/--> http://livres-de-brassage.fr/À très bientôt dans les commentaires ou dans ta boite mail ;)

2 thoughts to “Journal de bord du jardin #5 – Des résultats encourageants”

  1. Très bon article bravo !!! Très intéressant c’est expériences !!!!

    Pour les vidéos , j’ai déjà voter sur le forum, donc fonce 😉.

    Tu va essayer de visiter dès brasserie en Norvège ? 😀

    Vivement le lancement 😉.

    1. Merci pour ta réponse sur le forum ! (Le forum = brassageamateur.com pour ceux qui se demandent peut-être). Je continue encore à réfléchir un peu à comment je vais faire mes vidéos, les commentaires de la communauté me sont d’une grande aide d’ailleurs ! Je ne pense pas que je publierai de vidéos avant mi-aout/début septembre !

      Tu pense bien que si jamais j’ai l’occasion de visiter une brasserie, je le ferrai promptement et avec entrain ! Mais là je ne sais pas si j’aurais la chance de voir une brasserie norvégienne. On part à 40km sous le cercle polaire arctique, sur une petite île de 5km de diamètre. Je ne pense pas qu’il y ai de brasseries là-bas !
      Par contre j’irais en Bretagne en aout, et la visite de la brasserie Coref est au programme ! 😉
      Quand je pense que l’an dernier j’étais à Amsterdam devant la brasserie historique de HEINEKEN et que j’suis même pas rentré …

N'hésite pas à laisser un petit mot, ça fait toujours plaisir ! ;)